En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.

Portrait de cinéaste amateur

Cette série documentaire de portraits a été développée par l’équipe d’Archives en ligne pour valoriser les cinéastes amateurs mis en lumière sur le site. Fernand Bignon serait sans doute le premier surpris de voir son nom figuré dans les encyclopédies contemporaines. Car s'il côtoya Demachy ?, Emerson, Mison ?, dans des expositions consacrées au mouvement pictorialiste, il ne fit jamais complètement partie de leur société. ...

Probablement parce qu'à la différence de ces illustres photographes, Fernand Bignon devait travailler pour subvenir aux besoins de sa famille. C'est donc dans l'anonymat de son magasin de photographie à Gisors qu'il pratiqua discrètement son art. Autodidacte, n'ayant jamais appartenu à un cercle de cinéastes amateur, Fernand Bignon a transfiguré les traumatismes de sa jeunesse en capturant à toute force les moments heureux de son existence. Ses films sont un hymne à la jeunesse, à la nature, à la vie. Il propose une morale du bonheur, un art de la joie. Modeste, il se croyait probablement promis à l'oubli. Heureusement ses films, plus beaux les uns que les autres, sont parvenus jusqu'à nous. Nous avons rencontré sa petite-fille, Frédérique Closier, pour évoquer la mémoire d'un homme qui garde son mystère mais nous offre un authentique regard d'artiste.

Réalisation : Ingrid Gogny

Les extraits de films d’archives sont issus de la Mémoire Audiovisuelle du Pôle Image Haute-Normandie.

Venez découvrir le « Portrait de Cinéaste Amateur : Fernand Bignon»