En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1964: Gonfreville L'Orcher

 
Archives Anglaises Liées :
Archives Françaises Liées :
Rappel historique
Fin 1944 : construction des premiers baraquements au Havre et à Rouen pour reloger les sinistrés. C’est en particulier aux Havrais que s’impose une tâche immense : rebâtir leur ville où 10 000 immeubles ont été détruits, et au moins autant endommagés. Mais la première urgence est de reloger les sinistrés, même de façon temporaire. Ainsi vont surgir des mini-cités composées de bâtiments préfabriqués, et dotées des services essentiels à la vie quotidienne : commerces, écoles et mairie annexe. La principale, bâtie en forêt de Montgeon, ne disparaîtra totalement que vers 1963. A Rouen les baraquements provisoires se trouvent surtout près du Palais de Justice (magasins) et sur les boulevards (logements) Au Havre comme à Rouen, c’est cependant la remise en état du port qui est prioritaire, car elle conditionne l’approvisionnement des Français en produits essentiels. Dès fin 1944 des formes de radoub sont réparées, ainsi que progressivement les bassins, les entrepôts, les quais, les digues et les installations pétrolières.
Film
Gonfreville - actualités
Réalisateur
Inconnu
Année
1964
Format
16 mm, Couleur, Muet
Lieu
Gonfreville L'Orcher
Thématique
Urbanisme
Résumé
Prise de vue aérienne sur Gonfreville L'Orcher et ses alentours à la fin des années 60. On survole d'abord le bourg, la mairie, puis le film s'intéresse longuement au camp Philip Morris, construit pour les GIs américains à la fin de la guerre et qui sera ensuite "légué" à la municipalité pour abriter des populations en situation provisoire. Vu du ciel, tout est beau, les parcelles cultivées, les lotissements rectilignes, le château d'eau en construction, la piscine municipale, les barres d'immeubles récentes. Revenus sur le plancher des vaches, la réalité est plus sombre, les baraquements ne tiennent plus debout, la tôle est froissée, les débris jonchent le sol, le camp Philip Morris à cette époque tient presque du bidonville.
Le film se poursuit avec une fête de l’humanité. Sur les banderoles des stands à côté de la fauçille et du marteau, on lit des slogans contre la guerre au Vietnam et pour la défense de l’école laïque. Quelques plans d’une serre, puis séquence d’embarquement à l’aéroport du Havre. Et plan d’arrivée, les voyageurs descendent de l’avion. Un groupe pose pour l’objectif. Manifestation du Premier mai en Allemagne. Certaines personnes brandissent des portraits, la guerre au Vietnam occupe là encore les esprits. Quelques images assez imprécises d’une visite commémorative sans doute dans un camp en Allemagne.
Partage Social
 
Localisation :
.