En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.
Le lecteur multimédia pour visionner les archives est Adobe Flash Player. Merci de mettre à jour ou d'installer le module dans votre navigateur web en suivant ce lien : https://helpx.adobe.com/fr/flash-player.html.
Notre serveur vidéo envoie un cookie pour distribuer la vidéo et récupérer les statistiques de lecture, si votre navigateur est réglé pour "ne jamais accepter les cookies" ou "bloquer les cookies de sites web tiers", la fenêtre de lecture vidéo une fois déclenchée affiche "media not found" (le média est bloqué). Pour voir les vidéos, vous devez accepter le cookie "videosenligne.crihan.fr" du serveur vidéo au moins une fois.

1966: Le Lait et ses transformations

 
Archives Anglaises Liées :
Archives Françaises Liées :
Rappel historique
Au début des années 1960, à cause de l’augmentation de la population (baby-boom, exode rural, immigration) des «cités-champignons» surgissent dans certaines banlieues, avec souvent, pour leurs habitants, l’obligation d’effectuer de longs trajets avant de rejoindre leur lieu de travail. Construction hâtive d’immeubles en tours ou en barres dans le cadre des ZUP (Zones à urbaniser en priorité).
Film
Nova
Réalisateur
Sergent Henri
Année
1966
Format
8mm, Couleur, Muet
Lieu
Indéterminé
Thématique
Quotidien & Innovation
Résumé
Archimède Films présente" "le lait et ses transformations" "sur une idée de Hervé Bloch avec le concours de Philippe Herbert, Patrick Rannou et l'aimable participation des entreprises Nova Conseiller technique H. Sergent sonorisé par le Lycée Corneille.
Partage Social
 
Localisation :
.

À PROPOS DU CINÉASTE :

Sergent Henri (1910 – 2003)

Sergent Henri (1910 – 2003)

Professeur de dessin au Lycée Corneille de Rouen, il étend son enseignement à la photographie et au cinéma. Passionné de cinéma, il fonde le Club des Cinéastes Amateurs de Rouen. Son abondante filmographie, élaborée essentiellement dans les années 1950 et 60, illustre avec brio le plein essor de la pratique du cinéma amateur.