En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et autres usages fournis sur ce site.

1952: Faire son pain

 
Archives Anglaises Liées :
Archives Françaises Liées :
Rappel historique
L’entrée de la France dans le Marché commun, la mise en place d’une Politique Agricole Commune à partir de 1962, au coeur des «Trente Glorieuses» (période de croissance de l’économie) génèrent de nouvelles transformations profondes dans les campagnes haut-normandes : l’agriculture devient plus productiviste et performante face à la concurrence étrangère (disparition progressive des droits de douane), à l’augmentation de la population, et au manque croissant de main d’oeuvre agricole. La mécanisation progresse encore (le tracteur se répand dès la décennie 1950) ; l’arrivée de l’électricité permet de nouvelles innovations (trayeuses électriques...). Les superficies cultivées continuent de diminuer au profit d’herbages permanents, mais aussi des infrastructures (routières, industrielles) et de la rurbanisation (lotissements pavillonnaires à la périphérie des bourgs). L’augmentation des rendements résulte aussi de l’utilisation croissante des engrais et produits phytosanitaires, des progrès de la génétique pour l’élevage, de l’essor de coopératives (équipées d’un matériel agricole performant).
Film
Couture-Boussey
Réalisateur
Ripplinger Yvette
Année
1952
Format
16 mm, N&B, Muet
Lieu
Couture-Boussey
Thématique
Agriculture et Pêche
Résumé
Film de qualité professionnelle qui décrit la commune de Couture Boussey dans l'Eure avec un grand souci documentaire. Le boulanger pétrit vigoureusement sa pâte avec une cigarette au bec. Son aide prépare les baguettes, ses gestes sont précis. Il les enfourne, puis les récupère après la cuisson.
Partage Social
 
Localisation :
.

À PROPOS DU CINÉASTE :

Ripplinger Yvette  (1923 – 2011)

Ripplinger Yvette (1923 – 2011)

Longtemps fonctionnaire à l’Onu (conference officer à l’Unitar de Genève), elle utilisa ses connaissances cinématographiques « acquises au City Collège de New York» pour filmer (en 1952 et en 16 mm), diverses vues du village de son enfance. Il en résulte un document de 45 minutes (monté en 2002 par Sylvette Robson) intitulé Il était une fois La Couture-Boussey. Le film montre les femmes au lavoir, l’harmonie municipale, le battage des blés, les métiers, les ateliers de facture d'instruments à vent de l’usine Leblanc.